lundi 16 août 2010

Le manque de fonds oblige le PAM à réduire sa cible d’assistance alimentaire au Niger, selon Oxfam

Le manque de crédits nécessaires pour faire face à la grave pénurie alimentaire qui menace prés de 8 millions de Nigériens va diminuer l’intensité de l’aide fournie par le Programme alimentaire mondial au profit des familles victimes, a alerté l’Ong Oxfam dans un communiqué reçu lundi à APA.
Oxfam, qui travaille avec les Nations unies (ONU) dans l’aide alimentaire aux familles nigériennes, affirme que ses sollicitations auprès de plusieurs donateurs sont restées insignifiantes, les montants fournis jusque-là s’avérant insuffisantes.
« Les enfants âgés de moins de deux ans seront prioritaires, tandis que 60% des gens qui en ont besoin pourraient ne pas recevoir l’assistance nécessaire », précise l’Ong dans son communiqué.
L’insuffisance et la mauvaise répartition des pluies de la campagne agricole 2009 au Niger ont entraîné d’importants déficits céréaliers et fourragers faisant chuter de 31 % la production céréalière par rapport à 2008 et le déficit fourrager équivaut aux besoins de 67 pour cent du cheptel national.
Selon les Nations Unies quelque 190 millions USD sont nécessaires pour financer un plan humanitaire dont l’objectif est de lutter contre cette crise alimentaire qui affecte prés de 8 millions de Nigériens dans ce pays du Sahel durement éprouvé par la famine.
« Le manque de fonds a obligé le PAM à prendre une terrible décision : abandonner son projet de fournir de la nourriture d’urgence aux familles ayant des enfants âgés de plus de deux ans », indique Oxfam.
Pendant les prochaines semaines, souligne l’Ong, les familles ayant des enfants âgés de moins de deux ans seront les seules à recevoir une aide alimentaire de 50 kg de céréales, ce qui équivaut à moins de la moitié de la quantité dont une famille de sept personnes a besoin mensuellement.
Le reste de la population touchée, soit 60 %, dépendra d’un gouvernement en manque de ressources et des organisations humanitaire. Cette réalité explose au moment où la crise alimentaire atteint son sommet et qu’il reste encore deux mois avant la prochaine récolte, prévient Oxfam.
« Aucune agence humanitaire ne devrait se retrouver dans cette situation impossible, (…) ses ressources financières sont insuffisantes, le PAM a été obligé de prendre cette décision déchirante, soit de diriger ses ressources limitées seulement vers les familles ayant des enfants de moins de deux ans. », regrette Raphael Sindaye, directeur adjoint d’Oxfam pour la région de l’Afrique de l’Ouest.
Le PAM priorise actuellement seulement 700 000 enfants de moins de deux ans et leur famille, souligne-t-on, ce qui constitue, selon le responsable d’Oxfam, « une situation terrible ».
En vue de lutter contre la vulnérabilité quasi-chronique des populations à la famine, la junte militaire au Niger organise des cérémonies de distribution gratuite de vivres aux populations et entend tenir dans les mois à venir une conférence internationale sur la sécurité alimentaire et procéder au recensement général de l’agriculture pour se doter de « meilleurs outils » de gestion de catastrophe alimentaire.
Cette conférence sera un forum scientifique de haut niveau et va être l’occasion d’intenses échanges sur tous les contours de la sécurité alimentaire au Niger, selon Malick Sadelher, le ministre nigérien du développement agricole.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.