jeudi 19 août 2010

La France offre 500 exemplaires d’un Guide sur la santé en milieu carcéral à 38 prisons nigériennes

L’Ambassade de France au Niger a remis quelque 500 exemplaires d’un guide inédit sur la santé des détenus, élaboré avec la collaboration de l’Ong « Prisonniers sans frontière » et traduits en Haoussa et en Djerma, deux principales langues parlées au Niger, a appris APA jeudi de source officielle à Niamey.
Ce guide illustré a pour vocation de « sensibiliser les prisonniers à la pratique de gestes simples leur permettant de garder une bonne hygiène et de préserver leur santé dans le cadre de leur détention » a-t-on indiqué.
Il constitue un outil indispensable à la promotion de la santé en milieu carcéral et les détenus pourront ainsi être consultés librement dans chacune des 38 établissements pénitentiaires que compte le Niger par l’ensemble de la population carcérale et ses acteurs que sont les personnels d’encadrement, détenus, organisations de la société civile.
Selon l’ambassade de France au Niger, l’accès à cette source d’informations constituera une étape importante à l’amélioration des conditions de vie des détenus au Niger.
La France contribue depuis quelques années à la politique nationale d’amélioration des conditions de détention carcérale au Niger, visant à la prise en charge médicale des personnes détenues et la protection de leurs droits à la santé en conformité avec les règles nationales et internationales en la matière, notamment les standards des Nations unies pour le traitement des détenus.
Depuis 2008, indique-t-on, diverses activités menées par le ministère nigérien de la justice ont déjà été financées par l’Ambassade de France, en coopération avec « Prisonniers sans frontières », ce qui a permis de faire un diagnostic et de trouver des solutions aux principaux enjeux de santé carcérale au Niger.
Des soutiens ont également été apportés dans l’amélioration du cadre institutionnel et juridique de la santé pénitentiaire et la consolidation des capacités des prisons dans la prise en charge sanitaire des détenus par les infirmiers, les membres des forces de l’ordre et les régisseurs de prison.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.