mardi 21 septembre 2010

Niger:L'Observatoire du nucléaire cible l'armée

L'Observatoire du nucléaire a assimilé lundi l'enlèvement des sept salariés d'Areva et de Vinci au Niger, jeudi dernier, à une manoeuvre tactique de l'armée française, destinée à conserver voire renforcer la mainmise de la France sur les mines d'uranium nigériennes. Dans un communiqué, l'observatoire développe l'hypothèse selon laquelle l'Etat-major français aurait volontairement facilité l'enlèvement des employés en abaissant son seuil de vigilance, pour ensuite donner l'impression de sévir, et ainsi conserver le monopole de mines convoitées par la Chine. "Bien sûr, personne ne peut penser que les autorités françaises soient elles-mêmes à l'origine de la prise d'otage. Par contre, les faits poussent à se demander si tout n'a pas été fait pour que cette prise d'otage si prévisible puisse se dérouler sans encombre", expose l'observatoire. "Cet enlèvement permet à la France d'intervenir militairement dans cette zone et de protéger ainsi son accès aux mines d'uranium. Il faut rappeler que la majorité des réacteurs nucléaires français sont alimentés par l'uranium du Niger. Or la Chine, elle aussi avide d'uranium, a intensifié sa présence au Niger et concurrence la France pour l'accès aux réserves d'uranium", raisonne aussi l'Observatoire du nucléaire, qui plaide pour la fin de l'hégémonie de l'énergie nucléaire en France

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.