jeudi 16 septembre 2010

Des experts de la CEDEAO et du CILSS revisitent à Niamey la Charte pour la prévention des crises alimentaires au Sahel

Des experts de la CEDEAO et du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) poursuivent à Niamey des discussions sur la révision des textes de la Charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest.
Déclinée sous la forme d’un atelier, cette rencontre regroupe essentiellement les experts des ministères techniques concernés par la question, a-t-on indiqué.
La précédente charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest, adoptée il y a 20 ans, par les dirigeants du CILSS, a eu l’assentiment des partenaires du Club du Sahel à savoir le Canada, la CEE, les Etats-Unis, la France, les Pays-Bas et l’Allemagne.
« La révision de la Charte s’est imposée comme une nécessité au regard de l’évolution du contexte et de l’environnement actuel de la gestion de la sécurité alimentaire » a indiqué Colonel Abdoul Karim Goukoye, le président de la Haute autorité nigérienne à la sécurité alimentaire.
« Suite à la production et à la validation par le comité de pilotage international d’une version provisoire de la nouvelle charte, l’une des étapes importantes du processus de révision des textes de la charte consiste à organiser des ateliers nationaux au niveau de chaque pays du CILSS en partenariat avec tous les acteurs » a-t-il expliqué.
La région sahélienne est en proie à une grave crise alimentaire qui sévit contre prés de 10 millions de personnes notamment au Niger, au Tchad, en Mauritanie, au Mali et au Burkina.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.