mercredi 19 janvier 2011

22 milliards FCFA de la BOAD pour financer des projets routiers et agricoles au Niger

La Banque ouest africaine de développement (BOAD) a accordé un prêt de 22 milliards FCFA pour soutenir le financement du bitumage d’une route nationale et un projet d’intensification des productions agricoles, au nord et à l’ouest du Niger.
Ce prêt a fait l’objet de la signature d’une convention entre le président de la BOAD, Abdoulaye Bio Tchané et Maman Annou, le ministre nigérien de l’économie et des finances.
Une enveloppe de 12 milliards FCFA sera consacrée au financement du projet d’aménagement et de bitumage de la route Niamey-Namaro-Farié (ouest) tandis que 10 milliards FCFA soutiendront le financement partiel du Projet d’intensification des productions agricoles pour la sécurité alimentaire dans les régions de Tahoua et de Tillabéry.
« La mise en œuvre de ces projets permettra l’accroissement de la production agricole nationale à travers notamment la réalisation de trois aménagements hydro agricoles, la culture de spéculations adaptées à nos sols et aux habitudes de nos populations, le désenclavement d’une zone à très forte potentialités agro pastorales, la facilitation des échanges commerciaux, agricoles et pastoraux inter régionaux et nationaux, ainsi que la circulation des personnes et des biens » a expliqué le ministre Annou.
Le projet de bitumage de la route Niamey-Namaro-Farié permettra d’aménager un tronçon d’environ 67 km sur la route nationale N°4, « qui est un maillon très important du corridor routier Niamey-Ouagadougou par le sud-ouest, axe communautaire CU 14 de l’UEMOA », selon Bio Tchané.
Quant au projet d’intensification des productions agricoles pour la sécurité alimentaire, a-t-il dit, il a pour objet l’aménagement de trois périmètres irrigués en maîtrise totale de l’eau, totalisant 520 hectares dans les régions de Tahoua et de Tillabéry au Niger , l’acquisition d’équipements et d’intrants agricoles pour les périmètres à aménager et pour 6000 ha de champs dunaires, ainsi que la restauration de 3400 ha de terres dégradées et la protection des bassins versants correspondants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.