dimanche 17 octobre 2010

Les Nigériens dans l'expectative des suites des arrestations au CSRD

Les toutes récentes mesures p rises par le général Djibo Salou, chef de la junte militaire au pouvoir à Niamey, à l'encontre de certains membres du Conseil suprême pour la Restauration de la Démocratie (CSRD) a plongé l'opinion publique nigérienne dans l'expectative.
Selon M Zakari Hamadou, acteur de la société civile, les Nigériens dans leur écrasante majorité ne comprennent pas ce qui se passe et veulent être informés des motifs réels de ces mesures.
'Tout laisse croire que le chef de la junte n'est plus en odeur de sainteté avec certains de ses frères d'armes; si c'est le cas, les Nigériens ont le droit de savoir ce qui a bien pu les opposer, mais aussi les tenants et les aboutissants des mesures prises à l'encontre de ces derniers', a-t-il indiqué.
Pour M Hambali Sadou, enseignant et acteur politique, la situation mérite d'être éclaircie, pour rassurer les nigériens qui s'interrogent avec beaucoup d'inquiétude sur l'avenir de leur pays.
'Le pouvoir a le devoir de communiquer pour informer les Nigériens et l'opinion publique nationale et internationale de manière à mettre un terme aux spéculations de toutes sortes', a-t-il estimé pour sa part.
On rappelle que depuis la signature, dimanche dernier, d'un décret présidentiel fixant la composition du Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie (CSRD) marquée par la suppression du poste du Secrétaire permanent de ce conseil, des rumeurs font état d'une crise au sein de la junte militaire au pouvoir à Niamey.
Ces rumeurs se sont confirmées, suite à l'arrestation confirmée par plusiers sources, du N°2 du CSRD, ex-secrétaire permanent du conseil, le colonel Abdoulaye Badié, du chef de la garde nationale, le lieutenant colonel Abdou Sidikou Issa, ainsi que du ministre de l'Equipement, le colonel Diallo Amadou sont aux arrêts.
Ces officiers supérieurs, naguère membres du CSRD seraient soupçonnés de préparer un complot contre le régime en place.
Pour l'heure, aucune source officielle n'est venue éclairer les Nigériens sur les tenants et les aboutissants de ces mesures.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.