vendredi 1 octobre 2010

Le FMI conseille au Niger la prudence dans ses projets miniers et pétroliers

Le Fonds monétaire international a recommandé jeudi au Niger de rester prudent dans ses plans d'investissement dans des projets pilotés par des entreprises étrangères pour exploiter les ressources minières et pétrolières du pays.
"Un certain nombre de projets miniers et pétroliers importants sur le point de se matérialiser offrent potentiellement au Niger de nouvelles opportunités de croissance et, surtout, de hausse substantielle des recettes fiscales", a souligné le FMI dans un communiqué à l'issue d'une mission de deux semaines dans le pays.
Mais, a ajouté l'institution, ils "comportent également des risques financiers considérables".
Elle a relevé "la décision du gouvernement de s'impliquer directement dans ces projets par le biais de prises de participation dans les sociétés qui les développent".
"La mission du FMI et le gouvernement sont tombés d'accord sur la nécessité d'une évaluation minutieuse de la viabilité financière et économique de ces projets, et leurs répercussions sur les perspectives à moyen terme et la viabilité de la dette", a indiqué le Fonds.
Le Niger, pays le plus pauvre du monde selon l'ONU, a pour seule richesse son sol, qui renferme entre autres de l'uranium, du pétrole et d'autres ressources (or, charbon, phosphates, gypse, etc.).
Le FMI a félicité le gouvernement pour la mise en oeuvre du programme économique auquel il s'était engagé pour obtenir son aide, "vu les circonstances difficiles" comme de mauvaises récoltes et des inondations. "Les recettes ont largement dépassé les objectifs, et les dépenses publiques ont été prudemment gérées", a remarqué l'institution.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.