jeudi 7 octobre 2010

Des experts marocains forment l’instance nigérienne de régulation sur le monitoring des médias en période électorale

Des experts de la Haute autorité de la communication et de l’audiovisuel du Maroc (HACA) et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont entamé jeudi à Niamey, une réunion de partage de connaissances sur le monitoring des médias en période électoral au profit des membres de l’instance nigérienne de régulation des médias.
Cette rencontre qui se décline en atelier de formation permettra de consolider les compétences des membres et du personnel de l’Observatoire national de la communication (ONC), l’instance nigérienne de régulation des médias sous la Transition.
« Plus précisément, il s’agit de relever et encourager les bonnes pratiques professionnelles en matière de traitement de l’information électorale, capitaliser les leçons apprises au fil des scrutins, et répertorier les dérives éventuelles », a indiqué Abdourahamane Ousmane, le Président de l’ONC.
Les participants aborderont au cours de se séminaire de deux jours, trois thèmes à savoir une présentation sur les plateformes techniques et informatiques pour le système de suivi et des fonctionnalités du logiciel de suivi des élections.
S’y ajoute également un thème sur le processus de mise en place d’un système de suivi du pluralisme en période électorale, a-t-on souligné.
Les experts du HACA feront ensuite une évaluation des installations et équipements techniques de l’ONC afin de dresser un rapport sur les capacités réelles de l’instance à accomplir de façon professionnelle son un travail de monitoring lors des prochains scrutins.
Lundi, les membres de l’ONC ont suivi un premier séminaire sur la gestion de l’information et la maîtrise de mécanismes de régulation des médias en période électorale.
Créé en mai dernier, l’ONC, qui remplace le Conseil supérieur de la communication (CSC) dissout suite au Coup d’Etat du 18 février dernier, est composé des représentants des secteurs de la presse nationale, du gouvernement, du barreau et de magistrats. Il a pour mission de garantir la liberté de l’information et de la communication en phase avec la loi portant régime de la liberté de la presse au Niger.
Cette instance a aussi pour tâche de veiller à l’accès équitable des partis politiques, des syndicats, des associations et des citoyens aux médias et de fixer les règles concernant les conditions de production, de programmes et de diffusion des émissions officielles des organes de communication lors des campagnes électorales.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.