samedi 25 décembre 2010

Le champion en titre Laminou Maidaba écarté de la course au sabre du 32ème championnat de lutte au Niger

Le double champion de lutte Laminou Maidaba (28 ans, 80 kg) a été évincé de la course au sabre samedi matin lors d’un combat qui l’a opposé à l’ex-champion Oumarou Bindigaou, en huitième de finales de la 32ème édition du championnat national de la lutte traditionnelle qui se déroule à Tillabery, à 113 km, à l’ouest de Niamey.
Seul invaincu de l’équipe régionale d’Agadez, Laminou Maidaba a été renvoyé au sol lors d’un accrochage durement disputé avec son vis-à vis Oumarou Bindigaou, lequel a profité d’une prise de hanche pour le déterrer et obtenir la reddition du champion en titre.
Des 80 lutteurs engagés dans la course au sabre, symbole du champion et de la coquette prime de 10 millions FCFA, seuls 8 sont invaincus. Ils s’affronteront samedi apres-midi en ¼ de finales, à la veille de la finale qui se dispute dimanche après-midi.
A l’affiche des phases finales de ce tournoi, la région de Tahoua a deux invaincus, Idi Chirganiya et Mahamadou Abdoulkarim. De même Dosso conserve deux lutteurs : Halilou Soumaila et Boubé Boureima.
Oumarou Bindigaou est le seul invaincu de la région de Maradi, Alio Salao pour Zinder et Yacouba Adamou pour le compte de Niamey, la capitale.
Compétition très prisée des Nigériens et hypermédiatisée, le championnat de lutte traditionnelle met aux prises 80 lutteurs en raison de 10 par région.
Au Niger, la lutte conserve son caractère traditionnel renforcé par l’application de règles codifiées, avec des combats qui ont lieu dans une aire circulaire, en sable fin, avec une zone bouclée par des sacs bondés de sable où les lutteurs se présentent le torse nu, en culotte ou généralement en « walki » (caleçon en peau de bouc).
Tout coup de poing est interdit dans le combat contrairement à la lutte sénégalaise qui utilise cette pratique dans les joutes.
Plus qu’un sport, la lutte constitue au Niger un facteur de « valorisation de la culture nationale », depuis l’institution du championnat en 1975 par le régime militaire du général Seyni Kountché, qui gouverna le pays de 1974 à 1987.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.