samedi 27 mars 2010

Les dirigeants des Etats membres du CILSS disposés à soutenir le processus démocratique au Niger

Les chefs d’Etat de la ré­gion du Sahel ont pro­mis d’ac­com­pa­gner le pro­ces­sus de res­tau­ra­tion de la dé­mo­cra­tie au Niger, en­clen­chée au len­de­main du putsch qui a ren­ver­sé Ma­ma­dou Tand­ja, a an­non­cé ven­dre­di Ma­ha­ma­dou Dan­dah, le Pre­mier mi­nistre du gou­ver­ne­ment de tran­si­tion, de re­tour de N’Dja­me­na où s’est tenu le 15ème Som­met du Co­mi­té In­ter-​Etats de Lutte contre la Sé­che­resse au Sahel (CILSS).

« Il était nor­mal, dans l’an­ti­chambre de cette tran­si­tion, que nous pro­fi­tions des ex­pé­riences de ces aînés (…) Et les Pré­si­dents Ama­dou Tou­ma­ni Touré, Ab­dou­laye Wade, Idriss Déby Itno et Blaise Com­pao­ré ont fait montre d’une grande ou­ver­ture et ont ma­ni­fes­té leur ferme vo­lon­té d’ac­com­pa­gner le Niger dans ce pro­ces­sus », a-​t-​il dit, au cours d’un point de presse tenu à Nia­mey.

Ce som­met d’une jour­née, qui s’est dé­rou­lé dans la ca­pi­tale tcha­dienne, « a aussi été l’oc­ca­sion pour la dé­lé­ga­tion ni­gé­rienne de mener des of­fen­sives sur l’évo­lu­tion de la si­tua­tion po­li­tique et so­ciale dans notre pays » a dé­cla­ré M. Dan­dah.

« J’ai tenu à les (les di­ri­geants du CILSS) ren­con­trer in­di­vi­duel­le­ment pour leur ex­pli­quer da­van­tage l’évo­lu­tion de la si­tua­tion au Niger et leur ex­po­ser les actes concrets posés par le CSRD (Conseil su­prême pour la res­tau­ra­tion de la dé­mo­cra­tie, junte) al­lant dans le sens d’un re­tour à un ordre dé­mo­cra­tique nor­mal dans notre pays » a-​t-​il in­di­qué.

Evo­quant la crise ali­men­taire qui me­nace plus de 7 mil­lions de Ni­gé­riens en 2010, M. Dan­dah a sou­li­gné qu’un ex­po­sé a été fait à l’at­ten­tion du Pré­sident Wade, le­quel a ins­tam­ment of­fert un prêt de « plu­sieurs tonnes de mil au cas où nous nous trou­ve­rons dans une si­tua­tion d’ur­gence en pé­riode de sou­dure ».

Le Niger est di­ri­gé par une junte mi­li­taire consti­tué au­tour du CSRD, de­puis le coup d’Etat qui a dé­po­sé le 18 fé­vrier der­nier, Ma­ma­dou Tand­ja, dont l’in­ten­tion de res­ter au pou­voir (au-​de­là de son man­dat légal) a plon­gé le pays dans une longue crise po­li­tique.

Le nou­vel homme fort du Niger, Com­man­dant Djibo Salou, a nommé un gou­ver­ne­ment de tran­si­tion et pro­mis l’ins­tal­la­tion d’un Conseil consul­ta­tif en vue d’or­ga­ni­ser des élec­tions dé­mo­cra­tiques, au terme d’une tran­si­tion dont la durée n’a pas en­core été dé­ter­mi­née.

APA-​Nia­mey.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.