mardi 27 mars 2012

Le Niger enregistre une baisse inédite de 34% du taux de mortalité infanto-juvénile, selon l’UNICEF

Le Niger enregistre une baisse inédite de 34% du taux de mortalité infanto-Le taux de mortalité infanto-juvénile a connu un baisse inédite de 34 % au Niger, un seuil jamais atteint depuis 15 ans dans ce pays, qui entame ainsi sa marche vers l’atteinte du niveau 5 des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), a appris APA samedi auprès de la représentation de l’UNICEF à Niamey.
« La chute de la mortalité infanto-juvénile pour la période 2005-2010 a été significative au Niger. De l’ordre de 34%, elle est supérieure à celle observée entre les périodes de 1995-2000 et de 2000-2005, qui n’a été que de 17% » révèle un rapport conjointement publié par l’UNICEF et le gouvernement nigérien.

Si la composante mortalité juvénile a drastiquement baissé, la composante néonatale stagne, précise ce rapport qui dresse l’état des lieux de la mortalité des enfants et des mères au Niger, où cependant on note une « réduction moins importante » du taux de mortalité maternelle.

Ce taux, souligne le rapport, a très peu évolué depuis 20 ans, « stagnant autour de 652 décès pour 100.000 naissances vivantes pendant la période de 1998, à 648 décès pour 100.000 durant la période 2000-2005, il est de 576 pour la période 2005-2010 »

Les groupes d’âges les plus à risque sont ceux de 15-19 ans – en raison du mariage précoce- et les 20-24 ans, souligne la même source, ajoutant que de nos jours une femme au Niger court un risque d’un sur 20 de décéder par cause maternelle pendant les âges de procréation

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.