jeudi 5 novembre 2009

Le Nigeria ferme sa frontière avec le Niger

Le Nigeria ferme sa frontière avec le Niger






Lagos, Nigeria (PANA) - Le Nigeria a partiellement fermé sa frontière avec son voisin du Nord-Ouest, le Niger, à la suite de la suspension infligée à ce pays par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour violation du Protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance, selon des sources proches de la CEDEAO et du gouvernement nigérian.

D'après ces sources, les cinq postes frontières entre les deux pays sont concernés par cette fermeture.

Mais les autorités nigérianes ont indiqué que si la circulation des biens était totalement interdite durant la fermeture de la frontière, les mesures étaient plus souples concernant la circulation des personnes.

Des observateurs politiques ont déclaré que cette mesure du Nigeria, dont les relations avec la plupart des autres pays de la sous-région sont essentielles à leur bien-être économique, est destinée à faire pression sur le Niger pour qu'il emprunte la voie de la constitutionnalité et de la bonne gouvernance.

Sentant apparemment la pression, les autorités nigériennes ont envoyé mardi le Premier ministre Ali Badjo Gamatie au Nigeria pour rencontrer le président Umaru Yar'Adua, également président en exercice de la CEDEAO. Rien n'a filtré sur leurs entretiens qui ont eu lieu à huis-clos.

Le mois dernier, les membres de la CEDEAO ont suspendu le Niger de l'organisation, après que les autorités nigériennes ont rejeté la requête de la Communauté de reporter les élections législatives dans leur pays.

Avant cette suspension, les dirigeants des autres pays membres de la CEDEAO avaient imposé d'autres sanctions au Niger, dont le président Mamadou Tandja a modifié la Constitution pour avoir la possibilité de briguer un troisième mandat.

Dans le cadre des sanctions précédentes, il était prévu que la CEDEAO ne soutiendrait pas les candidats présentés par le Niger pour des postes disponibles au niveau des organisations internationales et qu'elle n'organiserait pas ses réunions dans ce pays.

Par ailleurs, dans le cadre des efforts pour résoudre la crise politique au Niger, la réunion consultative de la CEDEAO des principales parties concernées nigériennes doit s'ouvrir à Abuja, la capitale du Nigeria, lundi.

Cinquante personnes, dont 15 représentants du gouvernement et 35 autres de l'opposition et des organisations de la Société civile doivent participer à ces négociations, qui seront présidées par le Médiateur de la CEDEAO pour le Niger, le général à la retraite, Abdusalami Abubakar du Nigeria.



Lagos - 05/11/2009

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.