mardi 19 décembre 2017

Pour ses besoins en électricité, le Niger ambitionne de construire une centrale à charbon de 600 MW

Avec un taux d’accès à l’électricité autour de 10%, le pays compte tirer profit de ses ressources dont le charbon, qui figure dans le Plan de développement économique et social (PDES) sur la période 2017 – 2021 Le gouvernement nigérien a présenté, du 13 au 14 décembre dernier à Paris, son Plan de développement économique et social (PDES) sur la période 2017 – 2021. Le PDES s’élève à 27 milliards de dollars dont 10 milliards qui seront apportés par le gouvernement Pour faire face à l’insuffisance de l’offre énergétique dans le pays – avec un taux d’électrification national qui oscille autour de 10%, et des disparités importantes entre les milieux urbains (54%) et ruraux (0,7%) – le gouvernement compte construire une centrale au charbon de 600 MW, malgré l’actualité sur l’impact des énergies fossiles et du charbon en particulier sur le changement climatique. Trois quarts des émissions de gaz à effet de serre sont attribuées à la combustion des énergies fossiles: pétrole, gaz, et charbon – cette dernière ressource étant dotée d’une capacité d’émission supérieure aux deux autres. La ministre du Plan du Niger, Kané Aïchatou Boulama, a expliqué à Paris qu’il est question pour ce pays d’Afrique de l’Ouest de produire de l’électricité avec du “charbon propre”. «Nous allons faire du “charbon propre” à l’image de ce que les Japonais ont réalisé, grâce à l’Initiative énergétique Japon-Afrique conduite par le Premier ministre Shinzo Abé, qui a mis à la disposition de la Banque africaine de développement des financements pour promouvoir l’énergie», a justifié la ministre dans une interview accordée à La Tribune Afrique. “Le Président de la BAD a visité notre usine pour s’assurer que nous respectons les critères environnementaux requis”, a-t-elle ajouté. D’après le PDES, les réserves prouvées de charbon minéral au Niger s’établissent à ce jour à 90 millions de tonnes, dont 70 millions de tonnes dans la région de Tahoua, à Salkadamna; et 18 millions de tonnes à Anou Araren et d’importants gisements sur le site de Solomi dans la région d’Agadez. Actuellement, le Niger dépend à plus de 60% du Nigéria pour ses approvisionnements en énergie électrique, malgré ses importantes ressources. Il est à noter que le pays dispose par ailleurs des cinquièmes réserves mondiales d’uranium, essentiellement destinées à l’exportation depuis environ 40 ans. Là également, le pays envisage de construire une centrale nucléaire pour mettre en valeur ces ressources, pour les besoins nationaux en électricité. Source: Energies Média

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.