mercredi 23 décembre 2009

Les USA demandent le départ de Tandja

Niger: Washington réclame le départ de Tandja et va suspendre son aide
(AFP) –

WASHINGTON — Les Etats-Unis vont réclamer le départ du pouvoir du président Mamadou Tandja et suspendre leur aide au Niger pour protester contre son maintien, a indiqué mercredi à l'AFP un responsable américain sous couvert d'anonymat.

"Nous pensons que (M. Tandja) doit renoncer pacifiquement au pouvoir et permettre qu'aient lieu des élections transparentes. Or il ne veut pas le faire. Nous avons clairement exprimé notre position depuis des mois", a déclaré cette source au sein du département d'Etat.

"Lui-même et ses soutiens combinent pour s'accrocher au pouvoir. Nous sommes totalement opposés à cela", a insisté le diplomate.

"Puisque nous ne voyons pas assez de progrès sur place, nous allons interdire les voyages aux Etats-Unis des personnes qui soutiennent (M.) Tandja et nous allons suspendre notre assistance au Niger", a ajouté cette source.

L'aide non-humanitaire américaine au Niger s'élevait approximativement à 27 millions de dollars en 2009, répartis entre la construction d'école, l'accès des filles à l'éducation, la promotion du commerce, l'agriculture et l'énergie.

Quelque 23 millions sont versés au titre du Millenium Challenge Corporation (MCC), un programme d'aide publique américaine visant à renforcer les politiques nationales visant "la réduction de la pauvreté par la croissance économique".

Quatre autres millions sont apportés par l'agence du développement USAID, qui dépend directement du département d'Etat.

Le responsable n'a pas indiqué si M. Tandja serait lui-même concerné par l'interdiction de se rendre aux Etats-Unis, arguant de la règle américaine selon laquelle les informations personnelles relatives aux visas doivent demeurer confidentielles.

Une annonce officielle devait intervenir dans la journée de mercredi, a enfin précisé la source.

Le deuxième quinquennat successif de M. Tandja devait expirer le 22 décembre mais il a été prolongé par l'adoption controversée d'une nouvelle Constitution en août, suscitant les protestations de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), médiatrice dans les négociations avec l'opposition.

L'Union européenne avait suspendu son aide au développement en novembre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.